Accueil I Nos coups de cœur
Ouragan de Laurent Gaudé chez Actes Sud

Ouragan de Laurent Gaudé chez Actes Sud


Qui mieux que Laurent Gaudé pour raconter la tragédie de la Louisiane dévastée par l'ouragan Katrina.
Quatre personnages, quatre destins qui se croisent dans cette épopée crépusculaire. La vieille négresse Josephine Linc. Steelson préfère affronter la colère de l'ouragan plutôt que de partir, Rose Peckerbye la jeune mère célibataire élève son fils toute seule, Keanu Burns son ancien amour qui vient de quitter les plateformes pétrolières veut retrouver Rose, Buckeley le prisonnier profite du cyclone pour s'évader avec les autres taulards et enfin le Révérend illuminé accueille dans son église les réfugiés. Brillamment mené, le récit de Laurent Gaudé alterne d'un point de vue à l'autre, sans rupture, dans un rythme de plus en plus endiablé au fur et à mesure que la menace grandit. Un roman dont la force poétique rend compte avec brio d'une catastrophe naturelle qui a raison de l'homme.

Céline Khoury - Assistante éditoriale chez Tamyras
Le Cafard de Rawi Hage chez Denoël

Le Cafard de Rawi Hage chez Denoël


Cafardeux ?

« C’était la nécessité, que j’éprouve souvent, de dépouiller le monde de tout ce qui m’entoure et d’exister par en-dessous, sans objets, sans personne, sans lumière, sans bruit. C’était mon besoin de déployer un éternel édredon qui recouvrirait toute chose, condamnerait le ciel, boucherait ma fenêtre et ferait de l’univers, un jeu d’insecte. »
Voici le second roman de Rawi Hage après « De Niro’s game » ; véritable chef-d’œuvre d’écriture bien que…. comme son titre l’indique, extrêmement cafardeux.
Le narrateur, immigré à Montréal, a raté sa tentative de suicide (ce qui ne le dérange pas tellement, c’était juste une “expérience”). Contraint de suivre une thérapie, il erre dans un Montréal enneigé et glacial, à la recherche d’argent, de nourriture, de travail et d’amour. Pour survivre, il se prend pour un cafard, « un insecte à antennes avec plusieurs pattes qui peut ramper partout, entrer chez les gens, s’installer, regarder la télé et même voler ». Un air de déjà-vu en littérature ? « La métamorphose »  de Kafka a certainement pu inspirer l’auteur, bien qu’il parvienne à créer son propre style romanesque ; l’univers des insectes règne comme une métaphore filée à tel point que le lecteur en arrive par moments à confondre les humains avec les cafards, cette multitude de petites bêtes répugnantes qui accompagnent le narrateur. On ne peut qu’être sous l’emprise de l’écriture de Rawi Hage : un style soutenu, fort, percutant, mais aussi complètement décalé avec la personne ordurière qu’est le narrateur. Un récit qui aborde plusieurs thématiques : les troubles psychologiques, la déchéance, et surtout ce choc des cultures, omniprésent. On retiendra le thème des immigrants qui transportent en eux les drames de leur pays natal, sans toujours pouvoir les partager avec la communauté d'accueil… Beaucoup se reconnaitront dans ce récit bouleversant et si dénué de morale. Un roman qui rassemble plusieurs genres littéraires, une sorte de panachage entre l’absurde, l’existentialisme et un brin de fantastique. Ce récit remue… Si le personnage peut sembler amoral et choquant pour certains lecteurs, il n’en demeure pas moins très attachant. Un « cafard » qui ne peut laisser indifférent…

Malaké Chaoui, Responsable librairie française chez Antoine


Un très grand amour de Franz-Olivier Giesbert chez Gallimard

Un très grand amour de Franz-Olivier Giesbert chez Gallimard


Ce qui fait le succès des livres aujourd’hui, à l’heure où les parutions sont légion et où les titres se succèdent à un rythme presque indécent est bien évidemment la notoriété ou la personnalité de l’auteur. Mais dans le paysage littéraire un peu embouteillé de ces dernières années, les lecteurs, relayés ou devancés par les libraires, c’est selon, ont défini un autre critère de sélection propre à eux : la sincérité du texte. Atteindre les cœurs, toucher les âmes semblent être aujourd’hui une condition non négligeable pour élever le livre, le distinguer, le sortir du lot, le mettre en lumière. Un très grand amour fait partie de ces livres-là. Ceux qui sont écrit avec des mains qui tremblent, ceux qui racontent les doutes et les émois d’un homme plus tout jeune qui a gardé intacte toute sa capacité d’aimer. Et qui s’y accroche. Un livre bouleversant, vrai et d’autant plus étonnant si l’on connaît la personnalité de l’auteur, monstre sacré des médias.

Tania Hadjithomas Mehanna - Directrice des Editions Tamyras

Le premier amour de Véronique Olmi chez Grasset

Le premier amour de Véronique Olmi chez Grasset


Suite à une annonce lue dans un quotidien, Emilie quitte tout. Son mari, sa famille, sa vie. En une fraction de seconde, et sans un regard en arrière, elle s’en va. Elle se précipite au chevet de son passé, sans jamais se poser de questions. Au volant de sa voiture, dans ce drôle de voyage qu’elle a entamé, Emilie va se rappeler. Et avec une tendresse grave, l’auteur nous entraîne dans une vie en apparence banale mais qui peut se transformer en trame romanesque si on veut bien l’appréhender autrement. Emilie court vers un homme mais Emilie court aussi pour fuir un quotidien où il ne se passe rien. Et d’institutrice mariée, trois enfants, sans histoires, elle se transforme en héroïne d’une fantastique aventure qui va charmer les lecteurs par sa douceur, sa beauté et l’incroyable portée des mots. Le premier amour est un amour que l’on n’oublie pas, tout comme ce roman qui s’inscrit dans la lignée des grands.

Tania Hadjithomas Mehanna - Directrice des Editions Tamyras

Les chaussures italiennes de Henning Mankell chez Seuil

Les chaussures italiennes de Henning Mankell chez Seuil


Il fait froid dans le livre de Henning et il fait froid dans sa vie. Après une erreur qui lui a coûté sa carrière de médecin, Fredrik s’exile sur une île déserte à l’extrême nord de la Suède. Durant plus de 10 ans, il va vivre seul avec un chien et un chat dans des conditions de températures extrêmes. Tous les matins, pour se punir, exorciser la souffrance, défier la mort ou se sentir vivant, il creuse un trou dans la glace et s’immerge quelques instants. Il n’attend rien, ne connaît personne, ne parle plus et semble attendre la fin avec impatience. Mais un jour son passé le rattrape. Dans une écriture très sobre et en apparence très froide, l’auteur nous plonge dans un océan de tendresse. Sans en avoir l’air, Mankell nous entraîne dans l’univers creux mais plein de non-dits d’un homme qui a eu l’impression d’avoir tout raté. Difficile de lâcher ce huis-clos et d’abandonner Fredrik à son triste sort. On accompagne jusqu’au bout la lente résurrection d’un homme qui s’était isolé dans son désespoir. C’est tendre, c’est sensible, c’est humain et c’est d’une grande qualité littéraire.

Tania Hadjithomas Mehanna - Directrice des Editions Tamyras

Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon chez Robert Laffont

Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon chez Robert Laffont


Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon chez Robert Laffont

Jusqu’où David est-il prêt à aller pour connaître la notoriété ? Devenir un écrivain célèbre, mais à quel prix ? Carlos Ruiz Zafon nous entraîne dans un Barcelone lugubre où David, écrivain frustré et amoureux désespéré, conclut un pacte avec un certain Corelli qui paraît détenir les solutions pour sauver le jeune homme de la médiocrité d’une vie qui ne fait pas de cadeaux. Reprendre la thématique mille fois reproduite du Faust de Goethe est toujours une gageure pour un écrivain mais Le jeu de l'ange ne laisse aucun répit au lecteur. Passionnant, magistralement mené et très bien écrit, ce livre est un régal. Même si la fin nous laisse un peu sur notre faim, même si le livre est gros pavé de 535 pages, même si parfois la noirceur du texte est un peu difficile, Carlos Ruiz Zafon s’inscrit définitivement avec ce livre, dans la lignée des grands écrivains.

Tania Hadjithomas Mehanna - Directrice des Editions Tamyras

Des hommes de Laurent Mauvignier aux éditions de Minuit

Des hommes de Laurent Mauvignier aux éditions de Minuit


« Ce qui me gêne, c’est qu’il est devenu ce que j’aurais dû devenir aussi si j’avais été capable de ne pas accepter des choses ». Il c’est Bernard, que l’on surnomme aujourd’hui Feu-de-bois et qui est peut-être le seul à n’avoir pas su, ou voulu enfouir les souvenirs atroces de la guerre d’Algérie, d’une période pas très glorieuse de l’histoire française, et continuer à vivre comme si de rien n’était. Pourtant, il aura fallu d’un rien, petite boîte bleue glissée au fond d’une poche pour que, quarante ans après, le passé honteux et les blessures de la guerre fassent irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir les nier. L’écriture magistrale, juste et puissante de Laurent Mauvignier sonne comme une balle qui transperce l’air. Les souvenirs étranglés, trop longtemps coincés dans la gorge de ces anciens appelés au moment des événements de 1960 font resurgir une douloureuse vérité : l’impossibilité de ressortir indemne des monstruosités de la guerre. Une vraie claque.

Emilie Thomas - Directrice de la Communication et du Marketing chez Tamyras
La double vie d'Anna Song de Minh Tran Huy chez Actes Sud

La double vie d'Anna Song de Minh Tran Huy chez Actes Sud


"La double vie d'Anna Song" raconte le destin tragique d’une jeune pianiste prodige, victime d’une paralysie chronique à la seule approche de son instrument. Dans le meilleur des mondes, l’héroïne guérit de la crampe de l’artiste et retrouve Paul Desroches, son ami d’enfance, prêt à tout pour la sauver de l’oubli. Enfermés dans un manoir, ils enregistrent ensemble les plus belles partitions de leur temps. Anna Song devient alors un véritable phénomène de mode, la presse l’encense et le monde entier s’arrache ses disques après une mort triste et prématurée.
Mais qu’en est-il en réalité ? A quel prix Paul Desroches sauve-t-il le destin d’Anna ?  Dans ce roman articulé entre le journal intime et les articles de presse, on passe d’une narration à l’autre, de la fiction à l’actualité, de la musique à la critique, du rêve à la triste réalité. Un récit sensible et bouleversant qui réduit les frontières de la raison et fait de l’amour la seule réalité tangible.
Minh Tran Huy est une journaliste et romancière d’origine vietnamienne qui a déjà publié "La princesse et le pêcheur" et un recueil de contes et légendes du Viêtnam, "Le lac né en une nuit" chez Actes Sud.

Céline Khoury - Assistante éditoriale chez Tamyras